Aller au contenu principal
Jokair
SISMIC #5 : JOK'AIR + ALKPOTE + HATIK
+ GUEST

A l'origine du redoutable séisme hip hop qui secoue la Coopérative de Mai depuis 5 ans, l'équipe de l'Épicerie de Nuit est de retour les 18 et 19 octobre prochains pour une nouvelle édition du Sismic Festival!

Après Vald, Demiportion, Lomepal, Dosseh ... les trapeurs parisiens de 13Block, l'empereur Alkpote et les douces mélodies de Jok'air, entre autres, provoqueront ce nouveau réveil des terres volcaniques...

salle : Coopérative de Mai
style : Rap
placement : Debout
Tarifs :
  • Location : 22€
  • Soir : 25€
  • Carte Coopé / Abonnés : 18€
  • Citéjeune : 14€
  • Tarif réduit : 18€

PASS 2 SOIRS VEN. 18/10 + SAM. 19/10 : 35€* / ÉPUISÉS
*ATTENTION : ce billet sera valable pour les deux soirées, à présenter au contrôle le vendredi et le samedi.

Soirée présentée par E.D.N. Production

JOK'AIR

Après avoir vécu un premier chapitre collectif incarné par la Mafia Zeutrei dont il partage les rangs et les charts avec des comparses du XIIIème arrondissement de Paris, le charismatique Jok'air aussi bon en rap qu'en chant, a su s'imposer dans un environnement où les codes sont longtemps restés fermés. Nourri aux films de John Travolta qui brillait sous les traits de Dany Zouko dans Grease ou Tony Maneiro dans La fièvre du samedi soir, Jok’air a toujours rêvé de culture américaine et de fusion musicale. C’est bel et bien cet univers qui ressurgit dans le deuxième opus de cet enfant élevé à Michael Jackson, Police ou les Bee Gees. Un virage résolument lover et dansant, inspire des années 70, quand la musique passait doucement du rock au disco. Une progression similaire à celle présente sur Jok’Travolta dont les orchestrations live se mettent au service d’un rap toujours plus brut et plus pur. Accompagné d’un escadron de featurings aussi éclectique que prestigieux (Sadek, Alonzo, Yseult, Chilla...), Jok’Air prouve une fois de plus sa place unique dans le paysage rap français.

HATIK

Poussez-vous de là, qu’il s’y mette.
Sur son trône de fortune, Hatik s’approprie la scène rap comme il s’approprie l’espace public. Sans demander
la permission, comme il veut, où il veut. Avec sa collection de « Chaises Pliantes », shots audiovisuels aux
couleurs du temps, il n’en finit plus de faire exploser les compteurs. Parce qu’il en a de belles à raconter. De
bonnes, de dures, et autant de subtiles que de brutes.