Aller au contenu principal
La Rue Kétanou
LA RUE KETANOU
+ Gari Grèu

La Rue Kétanou, c’est d’abord un slogan, une devise, un état d’esprit. "C’est pas nous qui sommes à la rue, c’est la Rue Kétanou ».

Un trio fantasque devenu, après avoir fêté leurs 20 ans, un quatuor avec l'arrivée de Pierre Luquet, leur enfant spirituel comme ils le disent…
Vingt ans d’cavale, de chansons festives, réalistes et engagées, de guitares, d’airs d’accordéon, d’harmonica et de percussions endiablées !
Vingt ans et La Rue Ketanou est toujours là, chansonniers et poètes, funambules acoustiques extravagants, suivis par un public toujours aussi nombreux. Un public qui pourra les retrouver sur les routes de France dès 2019 alors qu’ils sont en préparation d’un tout nouvel album (sortie prévue janvier 2020) !


 

salle : Coopérative de Mai
style : Chanson
placement : Debout
Tarifs :
  • Location : 26€
  • Soir : 29€
  • Carte Coopé / Abonnés : 22€
  • Citéjeune : 18€
  • Tarif réduit : 22€
Concert complet
LA RUE KETANOU
GARI GREU

Une forêt, une jungle, une mer ? Un cerf, un homme, un corps, 1000 corps échoués... A l’heure où tendre la main peut être un délit, il faut faire face au défi. Dans « BARKA », il y a Marseille. Le Marseille de l’ailleurs, le Marseille de l’autre, ce Marseille où valsent les valises, où l’on se retrouve à un comptoir de Noailles pour trinquer à la mémoire de Fausto, où on laisse nos pieds décider pour nous. Ce Marseille où on fait ce qui nous plait, se rassembler, partager, être solidaires, être vivants ! Dans « BARKA », il y a l’Afrique. Tartar(e) (Papa !) a invité Gari à Ouagadougou en 2014, il avait l’impression d’être à la maison, Place de la femme, au pays des hommes intègres. Dans « BARKA », il y a un figuier, des abeilles, une lionne, des valises, des artistes en lutte, des amis qui se retrouvent, des oiseaux, un hérisson, des rayons de soleil, un cerf, un jardinier... Dans « BARKA », il y a une chanson de Guizmo (Tryo), une chanson avec Moussu T (Massilia Sound System) et une écrite avec la Rue Kétanou. On avait un Papa de compétition, il fallait des frères pour composer !