Aller au contenu principal
EUROPAVOX 2021
FESTIVAL EUROPAVOX : LA FEMME / POMME / SUZANE / HERVE

La quinzième édition du festival se profile à l’horizon, une belle nouvelle accueillie avec un peu plus qu’un grand sourire par un public et des artistes qui nous ont tant manqué ces derniers mois. Une quinzième édition pas tout à fait comme les autres puisqu’elle est placée exclusivement sous le signe d’une bannière artistique tricolore –restrictions de déplacements européens obligent. Une quinzième édition qui renoue aussi avec l’enceinte du Stade Michelin, lieu emblématique de la capitale arverne déjà investi en 2017 le temps d’une soirée de clôture mémorable et lieu synonyme de victoire(s) dont on se dit que finalement, il n’a pas été choisi au hasard. Car oui, c’est comme une victoire pour toutes celles et tous ceux qui caressaient le secret espoir que l’événement aurait bien lieu et qui prennent maintenant conscience que ce rêve devient réalité.

Au cours de trois soirées forcément exceptionnelles qui se dérouleront lors du dernier weekend du mois de juin, Europavox a tenu à se montrer fidèle à sa ligne de conduite où l’éclectisme est de mise, où toutes les générations sont conviées à se croiser, où vont se succéder artistes confirmés et jeunes gens à qui l’avenir ne peut qu’appartenir. Cette année, il sera question de soul et de hip-hop, de légendes vivantes (IAM), de groupes qui ressuscitent définitivement le rock (Mustang, La Femme), d’intimité folk, d’électro sur fond de maux bleus (Hervé, Suzane), de dancefloor à ciel ouvert et des chansons de Philippe Katerine et Benjamin Biolay, que les petits comme les grands auront à coeur de reprendre en choeur, ensemble. Alors, au-delà de l’impatience qui va nous accompagner jusqu’au moment précis où retentira la première note, c’est bien l’émotion de nous retrouver tous ensemble qui va nous faire désormais compter les jours.

salle : Stade Marcel-Michelin
style : Pop rock / chanson
placement : Assis
Tarifs :
  • Location : 35€
  • Tarif réduit : 25€
LA FEMME

France

C’était il y a dix ans très précisément : armés d’une poignée de chansons aux courbes alléchantes, ces nouveaux jeunes gens modernes s’invitaient à Europavox et prenaient d’assaut la scène de La Grande Coopé pour asséner un set kaléidoscopique. Depuis, la troupe à géométrie très variable emmenée de mains de maitres par les têtes bien pensantes Sacha Got et Marlon Magnée a joué aux globe-trotters aux quatre coins de la planète et a pris son temps pour réaliser trois albums – dont le tout récent Paradigmes –, disques gorgés d’hymnes pop qui collent aux tympans – au hasard, Sur La PlancheSi Un Jour, Où Va Le Monde ou le joliment mélancolique Le Sang De Mon Prochain. Entre new-wave vintage et accents rockab’, chapelles sixties et ondulations psyché, zeste de soul et pincées electro, La Femme déambule sur scène avec une audace dingue et une grâce féline pour mieux nourrir les fantasmes baroques et mélodiques de tout un chacun. 

POMME

France

Qu’importe qu’elle ne sache pas danser ! Car du haut de ses presque vingt-cinq printemps, cette demoiselle sait (très bien) faire beaucoup d’autres choses. Armée d’une sensibilité à fleur de… Pomme, elle écrit entre autres des chansons à la fois fragiles et fortes, de celles qui évoquent des histoires de (dés)amours et des instantanées de vie parfois un peu gris ou seulement habillées de couleurs pastel – toujours douces, les couleurs. Entre poésie du quotidien et folk qui a épousé dans la plus grande discrétion le XXIe siècle, la demoiselle a su séduire ses pairs, les critiques et le public, en particulier à l’aune de son très beau deuxième album, si joliment titré « Les Failles » et superbement mis en son par Albin de La Simone. Auréolée cette année aux Victoires De La Musique du titre de « Meilleure Artiste Féminine », cette Pomme-là est bel et bien une Reine.

SUZANE

France

Parvenir à se faire un nom à l’aide d’un seul prénom – faux qui plus est ? C’est possible bien sûr, surtout à l’aune du gigantesque succès d’Angèle ! Suzane est une fille d’aujourd’hui férue de la chanson française d’hier. Elle a fini par lâcher les barres de la danse classique pour s’épanouir ailleurs et travailler comme serveuse dans un bar, où elle a découvert le monde de la nuit, fait de belles rencontres, humaines comme musicales. Elle s’est éprise d’électro mais est restée fidèle aux mots pour mieux façonner des morceaux aux rythmes robotiques et aux arrangements synthétiques qui racontent son quotidien – qui est aussi celui de beaucoup d’autres. Avec sous le bras son premier album engagé et ébouriffant, Toï Toï, et vêtue d’une combinaison aux vrais airs de costume de superhéroïne, Suzane est définitivement une jeune femme des années 2020.

HERVÉ

France

On pourrait croire que le succès lui est tombé dessus « Hyper » vite, mais tout comme il ne faut se fier à ses faux vrais airs de petite frappe, le prénommé Hervé n’est en fait pas né de la dernière pluie de la banlieue ouest. Au sein du duo franco-anglais Postaal, ce jeune homme de 30 ans s’était déjà maintes fois frotté à  la scène et avait signé quelques morceaux d’envergure – le temps entre autres une collaboration avec les Rémois de The Shoes pour le hit Give It Away. Mais c’est désormais en solitaire que cet autodidacte avoué – et fier de l’être – bricole sur un synthé miniature dans un coin de sa cuisine les chansons qui empruntent dans un joyeux foutoir à tous les univers qui ont bercé son adolescence. Alors entre electro et chanson française – avec un zeste de hip-hop –, son EP et son premier album remarqué sous le bras, Hervé frappe à la porte d’un succès qui pourrait bien ressembler à un Maelström.