Aller au contenu principal
EUROPAVOX 2021
FESTIVAL EUROPAVOX : IAM / GEORGIO / MUSTANG

La quinzième édition du festival se profile à l’horizon, une belle nouvelle accueillie avec un peu plus qu’un grand sourire par un public et des artistes qui nous ont tant manqué ces derniers mois. Une quinzième édition pas tout à fait comme les autres puisqu’elle est placée exclusivement sous le signe d’une bannière artistique tricolore –restrictions de déplacements européens obligent. Une quinzième édition qui renoue aussi avec l’enceinte du Stade Michelin, lieu emblématique de la capitale arverne déjà investi en 2017 le temps d’une soirée de clôture mémorable et lieu synonyme de victoire(s) dont on se dit que finalement, il n’a pas été choisi au hasard. Car oui, c’est comme une victoire pour toutes celles et tous ceux qui caressaient le secret espoir que l’événement aurait bien lieu et qui prennent maintenant conscience que ce rêve devient réalité.

Au cours de trois soirées forcément exceptionnelles qui se dérouleront lors du dernier weekend du mois de juin, Europavox a tenu à se montrer fidèle à sa ligne de conduite où l’éclectisme est de mise, où toutes les générations sont conviées à se croiser, où vont se succéder artistes confirmés et jeunes gens à qui l’avenir ne peut qu’appartenir. Cette année, il sera question de soul et de hip-hop, de légendes vivantes (IAM), de groupes qui ressuscitent définitivement le rock (Mustang, La Femme), d’intimité folk, d’électro sur fond de maux bleus (Hervé, Suzane), de dancefloor à ciel ouvert et des chansons de Philippe Katerine et Benjamin Biolay, que les petits comme les grands auront à coeur de reprendre en choeur, ensemble. Alors, au-delà de l’impatience qui va nous accompagner jusqu’au moment précis où retentira la première note, c’est bien l’émotion de nous retrouver tous ensemble qui va nous faire désormais compter les jours.

salle : Stade Marcel-Michelin
style : Rap / rock
placement : Assis
Tarifs :
  • Location : 35€
  • Tarif réduit : 25€
IAM

France

C’est une histoire  un peu folle qu’on pourrait résumer en chiffres : 1 ville, 30 ans, 11 albums, 1 école – celle du Micro D’Argent –, des dizaines de hits – dont 1 qui a envoyé le hip-hop dans toutes les chaumières de France et de Navarre (et même un peu plus loin que ça). Oui, mais. Tout ça ne dirait pas le respect de part et d’autre de l’Atlantique ; tout ça ne dirait pas les samples  le groove, les boucles ; Tout ça ne dirait pas les mots en rafales, les maux pour les nourrir, le flow pour les porter… Des mots que la figure de proue Akhenaton vient de poser sur papier, dans la très jolie collection L’Iconopop codirigée par l’autrice auvergnate (et surdouée) Cécile Coulon, le temps d’une diatribe poétique devenue chanson, La faim De Leur Monde, dénonçant un monde qui part à vau l’eau. Un texte à l’image de ce groupe qui a toujours joué collectif, de ce groupe concerné, engagé, enflammé. Grand frère d’une scène en perpétuelle (r)évolution, IAM est une légende. Une légende vivante.

GEORGIO

France

À l’heure des photos et des mots qui s’effacent en un « clic » et de l’éphémère comme raison d’être, Georgio, lui, entre comme en résistance et n’oublie pas le devoir de mémoire. Depuis ses tout premiers pas – il y a dix ans déjà –, le rappeur qui cite Clash, Ärsenik ou Romain Gary comme référents a cultivé ses différences, affiché sa sensibilité, mis en lumières ses forces comme ses faiblesses et puisé dans les arts et la littérature pour alimenter ses textes que porte un flow qui coule toujours de source. Avec son quatrième album, Sacré et deux ans après sa première prestation à Europavox, le jeune homme célèbre les personnes qui ont l’ont aidé à devenir ce qu’il est aujourd’hui, autant d’hommages rendus sur fond de beats acrobatiques et de musiques qui n’oublient jamais la dimension mélodique. Comme Paris – où il réside aujourd’hui –, Georgio est magique. Et unique. 

MUSTANG

France

Dans le costume (sur mesure) du fils prodigue, voici Mustang, groupe né à Clermont-Ferrand il y a un peu plus d’une décennie et qui depuis, ne cesse d’épater la galerie avec ses incroyables chansons (et reprises), qui empruntent au rock ou à la country, à l’électro ou à la chanson d’ici. Entre mots acerbes et refrains superbes, le trio en a sous le capot, comme un témoigne un quatrième album fraichement sorti, dont le titre programmatique, Memento Mori (Souviens-toi que tu vas mourir), met les points sur les « i » : on n’est plus là pour perdre son temps mais bien pour profiter dans les grandes largeurs de ces mélodies qui collent aux tympans et de ces grooves rayonnants. Alors, dans l’enceinte du Stade Michelin, on devine déjà que Jean Felzine, Johan Gentile et le nouvel arrivé Rémi Faure vont mettre la gomme. 

THE DOUG