Aller au contenu principal
EUROPAVOX 2019
EUROPAVOX : EDDY DE PRETTO, THE AVENER, JEANNE ADDED, GEORGIO, MØME...

Bien installé depuis la très belle édition 2018 parmi les premiers festivals d’été, Europavox s’apprête à accueillir fin juin des milliers de festivaliers sur le nouveau site du 1er-Mai, entre le village installé sous les arbres, une grande scène encore plus spectaculaire, de nouvelles animations pour tous et la scène Factory installée sur le parvis de la Coopérative de Mai.

Europavox accueillera cette année encore plus de 40 artistes, têtes d’affiches reconnues et très attendues, et véritables pépites en provenance de 20 nations de l’Union Européenne.

Toutes les infos : www.europavoxfestivals.com

salle : Place du 1er Mai
style : Chanson / Pop
placement : Debout
Tarifs :
  • Location : 39€
  • Carte Coopé / Abonnés : 35€
  • - de 10 ans : Gratuit
  • Tarif réduit : 30€

TARIF REDUIT : étudiant, apprenti, scolaire, - de 18 ans, bénéficiaires du RSA, demandeur d’emploi, détenteur de carte d’invalidité, Carte Citéjeune)

GRATUITE ENFANTS - DE 11 ANS (jusqu'à la veille des 11 ans, aux dates du festival) : retrait au guichet de la Coopérative de Mai dès maintenant, sur présentation d'un justificatif. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, merci de nous envoyer une demande de réservation par mail à l'adresse billetterie@lacoope.org, le retrait du billet se fera alors exceptionnellement sur place à l'accueil général du festival, sur présentation de votre justificatif d'âge.

ATTENTION : pour toute réduction, y compris la gratuité enfants, quotas limités, sur présentation des justificatifs en cours de validité à l'accueil du festival. La non-présentation de ces justificatifs ne permettra pas d'accéder au site.

IRIS GOLD

DANEMARK - 17H05 > 17H50 - Grande Scène

Anglaise grandie au Danemark dans l’amour de la contre-culture et d’un certain esprit hippie, initiée aux sons d’un hip-hop vintage (avec Beastie Boys, De La Soul et Salt N Peppa dans le rôle de référents principaux), Iris Gold n’a jamais eu la moindre envie de renier ces héritages. Alors, quelques années plus tard, il n’est guère étonnant de la voir piocher dans ces creusets pour s’inventer un style qu’elle résume par un nom de son cru, hippie-hop. Soient des chansons ancrées dans le rap d’antan et dans lesquelles elle injecte avec classe des bonnes doses de pop sixties, de soul et de r’n’b du XXIe siècle. Le résultat ? Un cocktail enivrant saupoudré d’une bonne dose de sensualité.

MAVI PHOENIX

AUTRICHE - 17H50 > 18H35 - Scène Factory

Comme son nom d’artiste ne l’indique pas forcément, Mavi Phoenix est autrichienne. Elle est surtout une petite prodige pour qui la valeur se contrefiche éperdument du nombre des années. A 24 ans, la jeune femme clame haut et fort son appartenance à la génération IDGAF (I Don’t Give A Fuck – Je me moque de ce que vous pensez en VF), une philosophie qui résume aussi très bien sa musique. Car, tout en désignant Bowie et Queens Of The Stone Age comme artistes référents, elle invente une hip-pop délurée et impertinente, qui surprend autant qu’elle séduit. Avec seulement deux EP, Mavi Phoenix réduit la concurrence en cendres.

KIDDIE

FRANCE - 18H35 > 19H20 - Club Coopérative de Mai

Le nom n’a pas été choisi à la légère puisque derrière lui se cache un jeune clermontois d’origine gabonaise âgé de 18 ans. Depuis 2017, le garçon, prénommé Glory et signé aujourd’hui sur la structure EDN Productions, dessine les contours d’un univers hip-hop à haute teneur émotionnelle, dans lequel il dépeint son quotidien, entre salle de classe, studio d’enregistrement et noyau familial. Révélé entre autres par son concert en première partie de Dosseh lors du SISMIC Festival en automne 2018, Kiddie pourrait bien endosser le costume de révélation Europavox 2019. Et sur mesure, le costume.

GEORGIO

FRANCE - 18H35 > 19H30 - Grande Scène

Son troisième album, paru en novembre 2018, s’intitule XX5. Ça tombe bien : un quart de siècle, c’est l’âge de Georgio, rappeur parisien qui a fait de Max Dormoy, quartier du XVIIIe arrondissement, son camp de base. Le hip hop, il est tombé dedans encore gamin. Et ce n’était pas plus mal pour un garçon à qui l’école ne convenait pas plus que cela. Rencontres (avec le crew 1995 ou les rockeurs existentialistes Fauve), collectif (la 75e Session), mixtapes disponibles sur la toile : le jeune homme  multiplie les projets jusqu’à la sortie en 2015 de son disque joliment intitulé Bleu Noir, aux thèmes intimistes. Depuis, Georgio  est devenu l’une des figures de proue de cette nouvelle scène rap française, qui, selon les mots du propre intéressé, est sans doute en train de vivre « un nouvel âge d’or ». Et entre nous, il n’a certainement pas tort. 

SOPHIE HUNGER

SUISSE - 19H30 > 20H20 - Scène Factory

Malgré son origine, s’il y a bien un adjectif qui ne correspond pas à Sophie Hunger, c’est « neutre ». Car, à l’heure de susciter des sentiments et des émotions, cette jeune femme fait plutôt partie de la classe des « surdoués ». Quel que soit l’idiome (anglais, allemand, et français aussi parfois), elle trouve toujours de ces mélodies qui filent le frisson et pincent les cœurs. Ardente partisane de l’échangisme culturel, et Berlinoise d’adoption, elle a troqué sur son sixième album studio, Molécules, son folk fragile et ses guitares en bois contre des machines pour mieux draper ses compositions d’une electro ouatée et rêveuse. Le résultat, splendide, confirme le dicton : qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse… 

TAF LATHOS

GRECE - 20H20 > 21H05 - Club Coopérative de Mai

La passe de deux pour Panagiotis Kyriakou, alias Taf Lathos, de retour à Europavox après une prestation remarquée l’an dernier. Dix-huit ans maintenant que l’homme est l’un des fers de lance de la scène rap grecque, fondateur et mentor du label Bashment Records et à la tête d’une discographie pléthorique. Tout en continuant à multiplier les collaborations, c’est en 2004 qu’il a lancé Taf Lathos, un projet solo où, toujours bien entouré, il alimente de textes souvent politisés un flow mélodieux posé avec assurance sur un hip-hop organique, apaisé et abstrait, qui n’est pas sans évoquer parfois les débuts de Massive Attack. 

JEANNE ADDED

FRANCE - 20H20 > 21H15 - Grande Scène

Qu’il semble loin le temps où Jeanne Added explorait les entrailles du rock bruitiste avec le groupe Linnake ou qu’elle était nominée aux Victoires de la Musique, catégorie… jazz. En à peine quatre ans, cette jeune femme trentenaire originaire de Reims, dont la fragilité physique apparente est vite balayée d’un revers de main par un charisme magnétique, s’est affirmée comme l’une des artistes les plus troublantes de sa génération. En deux albums – Be Sensational (2015) et Radiate (2018) – et une pléthore de concerts – qu’elle livre en version quatuor de salles intimistes en festivals gigantesques,–, elle a imposé dans la langue de Shakespeare une voix douce et puissante enveloppée par une electropop rêveuse, conjuguant à la perfection expériences personnelles et sentiments universels. De mélodies qui trottent dans la tête en rythmiques qui invitent aux déhanchements, Jeanne Added avoue que  “la scène a toujours été mon lieu de prédilection”. Et vous pouvez la croire sur parole. 

BARRY MOORE

IRLANDE - 21H15 > 22H00 - Scène Factory

La musique, il est tombé dedans dès son plus jeune âge, plaquant ses premiers accords sur la guitare paternelle. Et puis, au gré des déménagements familiaux (la Californie en guise de catalyseur), le garçon a fait de sa passion une raison de vivre. Alors, de retour en Europe, il joue partout où il le peut et en particulier dans la rue — toujours une bonne école, la rue. Aujourd’hui, signé sur le label de Yodelice, repéré en première partie de Jain, Barry Moore a dévoilé sur un premier single épatant un mélange de rock et d’electro revigorant, porté par une mélodie entêtante.

MAZ

LUXEMBOURG - 22H00 > 22H45 - Club Coopérative de Mai

Féru de hip-hop, avec comme modèles (presque) avoués le Britannique Ocean Wisdom ou l’Américain Token, Thomas Faber, alias Maz, a réalisé l’an dernier son premier album, Immortalisation, alors qu’il décrochait son bac. La tête sur les épaules, donc, mais avec un sens certain des priorités : du haut de ses vingt ans, le jeune luxembourgeois ne vit que par et pour la musique – dans laquelle il est tombé dès l’enfance, d’abord comme percussionniste, puis comme pianiste. Aujourd’hui, sur fond de rythmiques lourdes et d’arrangements obsédants, il impose dans la langue de Shakespeare un flow à la précision chirurgicale et s’affirme comme l’un des artistes à surveiller d’une scène rap en ébullition. 

EDDY DE PRETTO

FRANCE - 22H00 > 23H00 - Grande Scène 

Lors de la dernière édition d’Europavox, devant la “petite scène” nichée à l’ombre de la Coopé, il fallait jouer des coudes pour apercevoir dans le soleil déclinant Eddy De Pretto , devenu en quelques mois un véritable phénomène. Car ce jeune banlieusard aujourd’hui âgé de 26 ans a réalisé le tour de force d’allier succès public et critique à une vitesse quasi-météorique. Mais il a surtout réussi un joli pied de nez à toute tentative de catégorisation. Chantant son quotidien sans complexe, utilisant les mots comme autant d’uppercuts, flirtant avec le hip-hop version bleu-blanc-rouge et la chanson d’ici – de Nougaro à Daho, pour rester dans les histoires d’O –, il a transformé son premier album Cure en disque de platine, porté entre autres par les hits Kid, Normal ou Fête De Trop, et a fait de la scène un second chez lui. En deux mots comme en cent : triomphe annoncé. 

MØME

FRANCE - 23H00 > 00H00 - Scène Factory

Il compte le spationaute Thomas Pesquet parmi ses fans et a déjà joué à la Cigale et l’Olympia – des salles emblématiques et plutôt chics. Derrière ce nom enfantin, se dissimule le Niçois Jérémy Souillart, producteur, compositeur, ex-rockeur devenu musicien féru de musiques électroniques – le pluriel  a son importance. Héritier du courant chillwave – dont les parrains prestigieux sont les mystérieux Britanniques de Boards Of Canada –, ce garçon de presque trente ans sait aussi muscler son jeu et rappeler ses origines en lorgnant du côté de la french touch. Bourlingueur insatiable,  il a enregistré son premier album Panorama sur la route (pour une bonne partie en Australie) et a un faible pour les collaborations — qu’on vienne chanter chez lui ou qu’il mette son grain de sel chez les autres (Petit Biscuit, Isaac Delusion). Sur scène comme sur disque, à la veille de la sortie de son deuxième album, ce Møme-là est déjà un artiste majeur. 

 

THE AVENER

FRANCE - 00H00 > 01H00 - Grande Scène

Derrière ce nom anglais auréolé de mystère – le palefrenier du Roi, en VF –, se cache Tristan Casara, ancien DJ niçois monté à Paris, où il a décidé de faire sienne la relecture de morceaux (plus ou moins) connus. La première fois sera la bonne : en métamorphosant en 2014 le morceau de Phoebe Killdeer, The Fade Out Lines, en ritournelle electro et entêtante, il rafle la mise avant d’enfoncer le clou l’année suivante avec l’album The Wanderings Of The Avener, où il réunit toutes ses amours musicales, du rhythm’n’blues originel à la deep house, en passant par la soul et la techno. Couronné par une Victoire de la Musique, auteur en 2018 d’une brillante « adaptation » du Masters Of War de Dylan – adoubée par l’auteur lui-même ! –, The Avener a annoncé son deuxième album pour 2019 et ravira, sous le ciel étoilé d’Europavox, tous les aficionados des pistes de danse.