Aller au contenu principal
La Coopérative de Mai joue à domicile !
EUROPAVOX : AYA NAKAMURA, FOALS, MISTER V, ACID ARAB LIVE, MAGENTA + guests

La 15ème édition du festival Europavox initialement prévue du 25 au 28 juin 2020 est annulée. Les billets jours et pass du festival seront remboursés selon les procédures suivantes :

Les billets achetés sur le site internet du festival, ainsi qu’au guichet de la Coopérative de Mai, pourront être remboursés via un formulaire ACCESSIBLE À PARTIR DU 18 MAI sur le site internet du festival (www.europavoxfestivals.com) et sur les réseaux du festival.

Pour les billets achetés via un autre point de vente (Fnac, Digitick, Tickemaster ou Festicket …), merci de vous rapprocher directement de leur service client.

• FNAC : https://bit.ly/3bBPnwY
• DIGITICK : https://bit.ly/359V2bn
• TICKETNET : https://bit.ly/2KuBmFy
• FESTICKET : https://bit.ly/2VvZgXp

• PASS’RÉGION : si vous avez acheté votre billet en utilisant le Pass’ Région, le remboursement se fera à hauteur de votre participation.

Pour toutes questions concernant la billetterie et les remboursements merci de nous contacter via : billetterie@lacoope.org

Nous faisons notre maximum pour que la procédure de remboursement soit la plus simple possible. Un grand merci à toutes et tous pour vos messages de soutien qui nous vont droit au coeur en cette période compliquée. Prenez soin de vous.

– L’équipe du Festival Europavox

salle : Place du 1er Mai
style : Divers
placement : Debout
Tarifs :
  • Location : 42€
  • Carte Coopé / Abonnés : 38€
  • Citéjeune : 32€
  • Tarif réduit : 32€

L'édition 2020 du festival Europavox n'aura pas lieu. Pour + d'infos rendez-vous sur www.europavoxfestivals.com 

Concert annulé
AYA NAKAMURA

France / pop urbaine

Un phénomène. C’est le mot qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque le nom d’Aya Nakamura – Aya Danioko comme la connait l’État Civil. Avec ses ventes triomphales et sa silhouette sculpturale, la jeune femme née au Mali mais grandie en banlieue parisienne a bousculé les habitudes et imposé ses codes dans un milieu trop souvent dominé par la masculinité. En l’espace de quatre ans, de son premier clip « Brisé » au succès platiné de son deuxième album « Nakamura » – réédité en octobre 2019 avec cinq inédits –, celle qui a piqué son nom d’artiste à la série japonaise « Heroes » a imposé son style unique, né d’un habile mélange de r’n’b clinquant couché sur des rythmiques zouk ou afro et de son idiome singulier, entre expressions verlan et mots d’argot du XXIe siècle, qu’elle place comme des banderilles dans un flow délicieusement aguicheur. Forte d’un succès public et critique qui a dépassé nos frontières, Aya Nakamura est devenue aujourd’hui, au même titre que Rihanna, Madonna ou Lady Gaga, une icône pop.

FOALS

Royaume-Uni / rock

S’il fallait résumer le parcours des Anglais de Foals par un seul mot, « intransigeance » pourrait bien faire l’affaire. Depuis 2008 et la sortie d’un premier album exalté et exaltant sur fond de post-punk empreint d’Afrique, « Antidotes », ils n’ont eu de cesse de se renouveler tout en creusant le sillon d’un rock brûlant et tendu, mâtiné ici d’électronique, là d’une pop plus atmosphérique. C’est tout ce qu’on retrouve sur les deux disques que le groupe originaire d’Oxford a sortis au cours de l’année 2019, « Everything Not Saved Will Be Lost Part 1 » et « Part 2 », sur lesquels il tire la sonnette d’alarme pour prévenir de la déliquescence d’un monde qui part à vau l’eau. Toujours emmené par le très charismatique et physique Yannis Philippakis, Foals monte sur scène comme d’autres vont au combat et autant vous prévenir : personne n’en sort indemne.

MISTER V

France / rap

« Multi casquette » : c’est ainsi qu’aime à se définir le Grenoblois Yvick Letexier, plus connu sur les réseaux comme Mister V, puisque sous ce pseudo, le jeune homme fait la pluie et le beau temps sur YouTube – où il a débuté alors qu’il n’était même pas majeur –, tout en trouvant le temps d’endosser le costume de comédien, d’être un pilier du collectif Woop ou d’enregistrer en 2017 un premier album de hip-hop – le deuxième va bientôt voir le jour –, intitulé « double V ». L’humour comme seconde nature, la langue bien pendue, un sourire qui fait des ravages, une casquette souvent vissée sur le crâne, le garçon chronique le quotidien sans faux fuyant, avec un naturel et une gouaille qui font mouche. Sur la scène d’Europavox, c’est bien sûr en tant que rappeur que le Mister invitera le public à vivre sa V(ie) : alors, ce sera la bonne humeur garantie !

ACID ARAB live

France / électro

La genèse remonte à 2007 lorsqu’Hervé Carvalho rencontre Guido Minisky : le premier est barman du lieu parisien où le second organise ses fêtes. Les gouts musicaux éclectiques, la passion pour les vinyles qui craquent, l’envie de partager et de proposer une alternative : cinq ans plus tard, naissent les soirées Acid Arab. Puis sous ce nom, vient le premier live, suivi d’un autre et les festivals réclament à cor et à cri ces deux garçons qui rêvent d’effacer les frontières. Parce qu’avec Acid Arab, Detroit et Chicago sont au bord de la Méditerranée, la Haçienda de Manchester est en plein cœur d’Alger, la rigueur allemande s’accouple avec la douceur de l’Égypte. Après la sortie d’un superbe « Musique De France » (2016) et avoir donné des centaines de concerts tout autour du monde, le duo devenu trio, avec l’incorporation du claviériste Kenzi Bourras, réalise son deuxième album, « Jdid », où les musiques orientales et les inflexions électroniques occidentales continuent de célébrer leurs noces dans l’allégresse pour mieux faire danser les convives extasiés.

SEBASTIEN TELLIER

France / électro pop

 

 

Depuis l’an 2000 et la sortie de son premier album, où il avouait sans se faire prier « L’Incroyable Vérité », cet homme a déjà vécu plusieurs vies. Des vies trépidantes où dans le désordre il a représenté la France à l’Eurovision, chanté avec Christophe et fait chanter Dita Von Teese, enregistré des musiques de films, alimenté les pages de la presse spécialisée et de la presse people. Où en équilibre parfait entre variété baroque en VF, electro avant-gardiste et pop à l’accent bristish, il a surtout enregistré des chansons grandes comme lui, parmi les plus belles qui aient vu le jour dans ce pays, à commencer par « La Ritournelle », « L’Amour Ou la Violence » ou « Roche » – parce que oui, comme lui, on rêve tous de « Biarritz en été ». Alors que tout cela et même un peu plus est raconté dans le documentaire justement intitulé « Many Lives » et que sort son nouvel album studio, Sébastien Tellier est bel et bien l’un des artistes majeurs du XXIe siècle. Ici comme ailleurs.  

MAGENTA

France / électro pop

En septembre 2015, après deux années menées tambour battant entre enregistrements (deux albums studio) et tournées et un ultime concert au Bataclan sous la bannière « pot de départ », Fauve jetait l’éponge, presque pour sauver la santé physique et psychique de ses membres. Quatre ans plus tard, le groupe le plus collectif de la scène hexagonale a fait son grand retour sous une autre identité avec « Assez ? », un morceau lorgnant vers une electro house qui invite à la danse. Alors oui, la griffe n’est pas la même, mais la patte reste identique : mystères de rigueur, vidéos soignées et des textes qui racontent toujours un quotidien sans fard. Avec un deuxième morceau au titre trompeur, « TomTom Club » (nom du groupe assez génial fondé par la section rythmique des Talking Heads), Magenta affirme un peu plus ses intentions french touch et son attrait pour les boules à facette. Mais ces garçons-là ne voit pas pour autant la vie en rose.

ICO

Belgique / rap

Petit Con ! D’après le principal intéressé, il s’agit d’une vraie déclaration d’intention, et c’est aussi le titre de son premier album. Le principal intéressé en question se surnomme ICO (prononcer « Aïe-Co »), rappeur de Bruxelles qui dit les choses comme il les pense, sans détour mais souvent avec une bonne dose d’humour. Jeune homme d’abord tapis dans l’ombre, il sort en pleine lumière en 2017 en utilisant intelligemment la toute-puissance de YouTube – où il diffuse les freestyles haïkus Dis Pas Wallah, puis la série Capsule – et autres réseaux sociaux – il avait promis de sortir son disque lorsque son compte Instagram atteindrait les… 100 000 abonnés ! Or, derrière cette légèreté avec laquelle il aborde aussi des sujets qui interpellent, ce garçon de vingt-cinq ans n’a qu’une parole, une parole portée par un flow goguenard sur fond de hip-hop volubile et entrainant. Alors Petit Con peut-être, mais surtout un vrai champion.  

LOUS AND THE YAKUZA

Belgique / chanson - hip hop

Elle chante la vérité, rien que la vérité, d’autant que Marie-Pierra Kakoma puise son inspiration dans une vie qui ne l’a pas toujours épargnée. Après une enfance passée entre l’Afrique et la Belgique, elle pose ses quelques affaires dans le plat pays à peine âgée de quinze ans et bien décidée à devenir chanteuse. Huit ans plus tard, la jeune femme a réussi son pari. Et même un peu plus que ça. En fin d’année dernière, elle a été l’une des révélations des intransigeantes Trans Musicales de Rennes alors que son titre Dilemme dépassait le million de vues sur YouTube. Ces premiers succès, elle les doit à un charisme désarmant et à ses mots sans fard qu’elle pose sur une musique résolument moderne, entre hip-hop et soul, pop et r’n’b. Et son premier album, Gore, devrait permettre à cette artiste condamnée à la popularité d’exaucer un autre de ses souhaits, « être l’exemple d’une femme noire qui a réussi toute seule, envers et contre tout ».  

47 TER

France / rap

C’est une histoire de passionnés et d’amitié, une histoire qui commence au collège et qui, entre nous soit dit, se terminera peut-être au firmament. C’est l’histoire de trois garçons qui forment des groupes, composent, s’amusent, tâtonnent, hésitent, s’essayent à l’anglais et finissent par choisir le français. C’est l’histoire de trois garçons du 7-8 version chic – option Bailly – qui pratiquent l’autodérision avec un sacré aplomb et sont bien décidés à se faire une place dans une scène hip-hop qui pratique parfois l’autoparodie. Derrière un nom qui évoque l’adresse de la salle des fêtes de la ville qui les a vu grandir, le trio donne une dimension pop à son rap, injecte une bonne dose de gouaille et de second degré dans son flow et se contrefiche des codes, comme en témoigne L’Adresse, un premier album très adroit. Alors, à la fin de ses concerts, gageons que 47 Ter a toujours le droit à un bis.   

DIVES

Autriche / rock

Elles sont trois. Trois jeunes femmes qui se sont acoquinées dans la capitale autrichienne en 2016 pour imaginer des chansons dopées aux vitamines mélodiques et qui n’oublient jamais d’aller droit au but – au cœur, donc –, comme en témoignent les dix titres aussi espiègles que roboratifs de leur impeccable premier album, Teenage Years Are Over (2019). En équilibre parfait entre les années 60, les années 80 et le XXIe siècle, Dives perpétue la tradition de ces groupes de filles – au hasard, de Dolly Mixture à Hole, des Bangles à La Luz – qui, dans ce milieu désespérément machiste, n’ont strictement rien à envier aux garçons. Alors, aux côtés des Espagnoles de Hinds et Melenas ou des Françaises de Juniore, Dives prouve bel et bien que la femme est l’avenir du rock. 

MORGANE IMBEAUD

France / pop folk

Elle en a foulé des scènes, elle en a fréquenté des studios, elle en a enregistré et chanté des chansons, de l’incroyable succès de Cocoon en projets divers – le groupe Peak, le duo Un Orage, les collaborations (avec Jean-Louis Murat entre autres), les reprises de Simon & Garfunkel avec Elias Dris ou le très beau triptyque livre / album / spectacle Les Rêves De Léo.  Mais ce n’est qu’aujourd’hui, du haut de son âge palindrome, que la Clermontoise Morgane Imbeaud publie Amazone, son premier album solo. Seule (elle a écrit et composé la plupart des morceaux) mais quand même bien entourée (H-Burns à la réalisation, l’ami Murat et Mickaël Furnon pour un titre chacun ou l’actrice Marina Hands), elle se fait sur le ton de la confession l’ambassadrice d’une pop à haut potentiel émotionnel, en réalisant le grand écart parfait entre classicisme et modernisme. Et Europavox de se réjouir du grand retour de cette fille prodig(u)e.