Aller au contenu principal
La Coopé va de l'Avent !
BOYS NOIZE - OUAI STEPHANE - DJEDJOTRONIC
+ ROMANE SANTARELLI + RROBIN + THE SEA FLOOR SCRATCHERS

Pour Rolling Stone, il est dans « le Top 10 des Djs qui dominent le monde ». Boys Noize a joué avec les plus grands sur les plus grandes scènes du monde, et son électronique pionnière, sa techno raffinée, sa house grande ouverte ont donné la vie à une nouvelle esthétique.

Un poil plus foutraque, savamment construite sur des instruments inventés à partir d’objets du quotidien, la house électro de Ouai Stéphane est gavée de vitamines et d’instants surréalistes. Délicieux et décalé.

Pilier du label Boysnoize Records, Djedjotronic s’est forgé depuis dix ans une identité sonore forte et singulière nourrie par la techno de Detroit, l’electronica de Warp, la new beat européenne et la musique industrielle. Son premier album oscille entre electronic body music martiale, BO kraftwerkienne et techno analogique.
 

salle : Coopérative de Mai
style : Electro
placement : Debout
Tarifs :
  • Location : 20€
  • Soir : 23€
  • Carte Coopé / Abonnés : 16€
  • Citéjeune : 12€
  • Tarif réduit : 16€

Ouverture des ventes ce mercredi 4 décembre à 12h sur notre site.
Au guichet : horaires d'ouverture habituels : 17h à 18h30.

BOYS NOIZE

Pour Rolling Stone, il est dans « le Top 10 des Djs qui dominent le monde ». Il joue « l’électro préférée » de Bon Iver. C’est Alex Ridha, plus connu sur la planète entière sous le nom de Boys Noize ! L’artiste allemand a joué partout, avec les plus grands, sur les plus grandes scènes du monde, et son électronique pionnière, sa techno raffinée, sa house grande ouverte ont donné la vie à une nouvelle esthétique, fraîche et unique, que l’on retrouve intacte sur Mayday, son dernier LP. Les grandes marques se l’arrachent, les artistes aussi : Skrillex (Dog Blood), Mr. Oizo (Handbraekes), Snoop Dogg, Chilly Gonzales, Jean Michel Jarre, Jarvis Cocker… Ses remixes revisitent avec panache Depeche Mode, Daft Punk, Feist, ou David Lynch, mais aussi Santigold, Rammstein, les Chemical Brothers… 

OUAI STÉPHANE
DJEDJOTRONIC
ROMANE SANTARELLI

Créatures majestueuses traversant l’éther, les rêves électroniques de Romane Santarelli frissonnent et embrassent d’infinis horizons, où l’on entrevoit les lueurs rougeoyantes du grand incendie. Celui qui embrasa les K. Dick et Bradbury, et plus près de nous, les Villeneuve et Thom Yorke. Car il y a de l’espace, beaucoup d’espace, et de l’audace, beaucoup d’audace, dans l’écriture subtile et puissante de la jeune clermontoise. Et si l’on prend autant de plaisir à voyager dans les sphères apaisées d’une electronica aussi mature, c’est que Romane s’est construite au cœur d’une scène bouillonnante d’une rare élégance, où elle donna pendant plusieurs années la réplique au violon de Marion Lhoutellier dans Kawrites, feu duo insolite et buissonnier, rompu à toutes les scènes et à toutes les exigences.

RROBIN

L’avantage, quand on est musicien, c’est qu’on peut avoir plusieurs vies. Ce n’est sans doute pas le Clermontois Robin qui prétendrait le contraire. Avec le groupe Araban, il pratiquait ainsi un surf’n’roll instrumental qui dégageait un haut degré de sexytude. Un peu plus tard, après avoir découvert les champs illimités offerts par les musiques électroniques, il s’est dissimulé sous le pseudonyme The Imposture, s’est frotté au dub, à la techno et s’est ouvert  aux collaborations. Depuis deux ans, Robin est devenu RRobin et signé sur la structure Galant Records, il a sorti en 2018 l’album Pluie de Jour. Un disque qui, avec des invités de luxe derrière le micro (Grems, Spoek Mathambo, Nancy Fortune, Hedi Yusef…), remet en question les certitudes du hip-hop pour en proposer une admirable version extra-terrestre. 

THE SEA FLOOR SCRATCHERS