Aller au contenu principal
ALAIN BASHUNG

Il est l’Artiste, tragique et sensuel, ambigu, intense, fragile… Profil antique tracé entre cinéma, littérature ou arts plastiques, Bashung avait livré quelques clés avec L’Imprudence, une traversée des mondes interlopes chantée avec une somptueuse noirceur, les os à nu. Les Grands Espaces, ensuite, routes d’aventures et de rédemption.
Las, pas de suite à L’Imprudence. Sur l’embarcadère, des silhouettes altières. Celles des Ribot, Roussel, Plati, M.Ward, et Arman Méliès, dandy western à la plume d’ange. Tous, sans exception, répondent à l’appel du grand large. Les yeux sur le soleil couchant, vers l’ouest, toujours vers l’ouest.
L’écriture est ici élevée au rang d’art brut, transformant les hasards de la création en arrangements farouches aux senteurs d’Appalaches, sous l’œil des Bonnie Prince Billy, Kristofferson, Johnny Cash et Elvis, vers qui Bashung plie sans rompre. Sophistiqué, doucement country, légèrement folk, élégant et distingué, à l’image d’un homme resté sourd aux clameurs de la vulgarité, Bleu Pétrole est l’un des plus grands albums de l’histoire de la chanson française.